Groupement Paroissial d'Aubergenville

GOUSSONVILLE

La communauté paroissiale a rejoint depuis le 1er septembre 2019 le groupement d'Aubergenville Notre Dame de la Route

« Goussonville » est cité dans une charte donnée en 832 par l’empereur Louis le Débonnaire, au sujet de redevances perçues par l’abbaye de St Denis. Au Xième siècle, c’est toujours le cas. La tradition locale fait état d’une ancienne forteresse médiévale. De 1426 jusqu’à la veille de la Révolution, la seigneurie de Goussonville appartient à la même famille de Hallot, seigneurs de 1447 à 1791. C’est à eux que Goussonville doit le château actuel, l’embellissement de son église, et le lavoir-abreuvoir édifié pour l’amélioration de la distribution d’eau aux habitants.

A l’intérieur de l’église, sur les murs a été découvert la litre funéraire* ornée de leurs armoiries. Presque tous y furent inhumés. Au fond de la nef, la famille seigneuriale assistait aux offices du haut du balcon qui a été obstrué (le rebord est visible).

 

L’église est attenante au château auquel elle tient initialement lieu de chapelle. Son architecture est un mélange d’art roman et d’art gothique. La construction et les remaniements successifs s’échelonnent du XI°, au XVI° siècle : le choeur carré date du XI°, la base du clocher début du XIII° ainsi que le collatéral sud, où se situe l’Autel de la Vierge, sa voûte du XVI°, la nef du XIV°, et toutes les baies, à l’origine en forme d’ogive sont du XVI° siècle.

Elle comprend une nef centrale à chevet plat, avec un unique bas-côté méridional et une porte latérale percée au XVI° siècle. La face interne du chevet est ornée d’un retable du XVII° siècle représentant Saint Denis avant sa décollation.

L’épaisseur des massifs de piles qui soutiennent le clocher, au milieu de la nef, signale que ce dernier était probablement plus élancé à l’origine : très court et trapu, le clocher actuel en bâtière* est couvert de tuiles.

Plusieurs statues et tableaux ornent l’église : La Vierge Marie, Marie-Madeleine, St Antoine de Padoue, St Joseph…

 

Elle fut entièrement rénovée pendant 17 années de 1980 à 1996.

 

Le cimetière qui entourait l’église, fut transféré vers 1825 dans un terrain au sud-ouest où il est actuellement.

 

Après la famille de Hallot, les propriétaires se succèdent et en

1948, le château fût acquis par la société du Château de Goussonville qui en fit une maison de repos pour mères et enfants.
En 1952, il devient
clinique médicale, une extension est faite en 1997 pour développer les services de rééducation.

 

Très régulièrement les personnes qui le désirent peuvent assister à une messe comme dans les autres établissements du groupement paroissial et recevoir la visite des « visiteurs de malades ».

 

*litre funéraire : sous l’Ancien Régime, une bande noire posée à l’intérieur et parfois à l’extérieur d’une église pour honorer un défunt.

*en bâtière :  avec un toit « simple », à deux pentes pas très inclinées (souvent pour des églises rurales) .


 

.

 


Calendrier

« octobre 2020 »
L M M J V S D
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1